Matthias Sohr

Informations sur l’exposition personnelle de Matthias Sohr
à l’Espace eeeeh ! à Nyon
du 26 novembre au 11 décembre 2021


Description de l’image :
Deux taches vertes et une tache jaune
sont entourées de zones grises.
L’image est issue d’une erreur numérique.

L’exposition personnelle de Matthias Sohr
a lieu à l’Espace eeeeh ! à Nyon
du vendredi 26 novembre au samedi 11 décembre 2021.
L’Espace eeeeh ! se trouve à la Grenette,
Place du Marché 2, 1260 Nyon.

Tout le monde est invité
au vernissage de l’exposition de Matthias Sohr
le vendredi 26 novembre 2021, de 18 à 21 heures.
L’exposition est ouverte aussi :
– les samedis 27 novembre, 4 et 11 décembre 2021, de 11 à 15 heures,
– les jeudis 2 et 9 décembre 2021, de 16 à 19 heures,
– les vendredis 3 et 10 décembre 2021, de 16 à 19 heures,
– ou sur rendez-vous.

Dans son exposition personnelle,
Matthias Sohr montre, entre autres,
– une esquisse de Philippe Le Roy, architecte,
– un document de Margarete Rottmann, médecin,
– un collage de Helga Stübbe, sociologue.

L’exposition et l’Espace eeeeh ! reçoivent le soutien
– de la Ville de Nyon et du Canton de Vaud,
– de la Ville de Renens et de la Ville de Lausanne,
– de la Région de Nyon et de Pro Helvetia,
– du Bureau de l’égalité entre les femmes et les hommes (BEFH),
– de la Fondation Ernst & Olga Gubler-Hablützel,
– de la Loterie Romande et de la Fondation Equileo,
– de la Fondation Goblet et de la Fondation Guignard,
– de la Fondation Oertli et de la Fondation Edith Maryon,
– et de la Fondation Parallèle.

Artistes du lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche (souligner le jour correspondant)


Exposition collective ouverte à tous.x.tes
Nul besoin de pratiquer tous les jours pour vouloir exprimer sa créativité. Vos créations seront exposées et classées par jour de la semaine qui définit le mieux votre pratique. Le tableau du mardi soir, la sculpture des vendredis matin, le dessin de sa journée de libre de la semaine.

Une production par personne sera exposée.
Format libre de maximum 0.20m2 (exemple 50x40cm, ou100x20cm, ou un cercle de 25cm de diamètre…).
Nous prenons aussi les objets en volume.

Au moment du dépôt des oeuvres directement à eeeeh (les 12, 13 et 14 décembre de 12h à 18h), nous prenons volontiers un moment avec vous, si vous le souhaitez, pour discuter de votre production ainsi que de votre démarche créative: quel jour, dans quel cadre, et à quelle temporalité.

sur une proposition de Jessica Decorvet

Résidence Valentine Emilia Bossert

Invitée à travailler au sein de l’espace Eeeeh! du 12 au 31 juillet, Valentine Emilia Bossert a choisi de se pencher sur un site majeur, mais souvent oublié, de sa ville d’origine: l’amphithéâtre romain découvert dans les années 90, qui n’a depuis pas été entièrement fouillé ni adapté en espace public. Très intéressée par l’archéologie, autant comme sujet que comme outil, ainsi que par l’urbanisme et son avenir, elle a naturellement décidé de s’intéresser à ces vestiges.

Pendant trois semaines, elle a recherché et expérimenté différentes techniques d’empreintes telle que le frottage, l’estampage ou le moulage pour donner redonner vie aux ruines et les présenter sous un nouveau jour. Pour ce faire, elle a travaillé directement sur les murs en molasse encore présents sur le site, ainsi que sur les nombreux blocs préservés au Centre des Collections des Musées de Nyon. Elle a également collecté des matériaux plus récents avec lesquels créer des sculptures. Cette démarche, à travers laquelle elle espère questionner sur la passé local et remettre l’amphithéâtre au coeur des discussions, lui a permis de créer un large corpus d’oeuvres qui seront présentées dans l’espace Eeeeh! lors d’une exposition à l’automne 2021.

Valentine Emilia Bossert est née et a grandi à Nyon, avant de poursuivre des études universitaires de Beaux-Arts et de Philosophie à Londres. Elle vit et travaille actuellement à Berlin, et fait partie de l’atelier collectif ilali Studio et du collectif international Antropical. Son travail imite des méthodologies archéologiques ou cartographiques pour explorer son questionnement existentiel à travers une esthétique largement influencée par l’architecture et le modernisme. Elle a pris part à de nombreuses expositions collectives internationales et deux expositions personnelles à Londres et à Berlin.

Ce projet est rendu possible grâce aux généreux soutiens de la Ville de Nyon, du Musée romain de Nyon, de la Région de Nyon, du Département de la Culture et de l’Europe de Berlin et de la fondation Equileo.

Résidence Xénia Lucie Laffely

 » Durant cette résidence, à la manière d’une réflexion patchwork théorique et visuelle, je souhaite explorer : une généalogie personnelle peuplée de figures lesbiennes (tirées de Tiktok, de la littérature, du cinéma et de mes souvenirs), comment sortir de l’hétérosexualité passé 30 ans, le sentiment d’être en retard sur sa vie et la recherche de figures de vieilles lesbiennes. »

Xénia Lucie Laffely

Xénia Lucie Laffely vit et travaille entre Lausanne et Montréal. Sa pratique combine le langage du travail textile avec l’esthétique contemporaine de la peinture numérique. Jouant avec les stéréotypes sexistes associés au textile, elle crée des pièces hybrides qui remettent en question les hiérarchies entre l’art, le design et l’artisanat. Ses oeuvres proposent une réappropriation sentimentale et matérialiste de questions liées à l’espace domestique, à l’intimité, à l’amour queer et à l’autofiction.

Noircir eeeeh! : Visions afrofuturistes à Nyon

Une exposition centrée sur l’art performatif proposée par Cécile Nduhirahe

du 31 mai au 27 juin 2021

Au mois de juin, L’exposition Noircir eeeeh: visions afrofuturistes à Nyon investit l’espace eeeeh!. Avec ce projet, l’artiste-curatrice Cécile Nduhirahe affirme la nécessité de présenter les travaux d’artistes afrodescendant.e.x.s. de l’arc lémanique, mais aussi d’amener le public à la rencontre de visions afrofuturistes tournées vers l’avenir, interrogeant le passé ou proposant d’autres formes de temporalités. Celles-ci entrent en résonance, selon elle, avec les préoccupations sociales actuelles et la situation de crise que nous traversons. Cette exposition est centrée sur l’art performatif. Elle accueille les performeur.x.se.s Chienne de Garde, Maïté Chénière, Mbaye Diop, et la vidéaste Stéphanie Nduhirahe. Ces quatre artistes explorent le domaine de la performance selon des perspectives Afrofuturistes ou, du moins, ont des questionnements qui s’en approchent – l’Afrofuturisme étant un concept mouvant et ayant de multiples définitions. Le collectif Afroféministe Amani animera un atelier antiraciste pour les enfants et Cécile Nduhirahe un atelier de création en lien avec le thème.

  • Du 31 mai au 6 juin – Chienne de Garde
    • Mercredi 2 juin de 17h à 21h – vernissage
    • Jeudi et vendredi 3 et 4 juin de 16h à 19h – ouverture publique
    • Samedi et dimanche 5 et 6 juin de 11h à 15h – ouverture publique
  • Du 7 au 13 juin – Mbaye Diop
    • Mercredi 9 juin à 18h – performance
    • Jeudi 10 juin à 18h et 19h – performance
    • Samedi 12 juin à 11h – performance
    • Dimanche 13 juin à 18h – performance
  • Du 14 au 20 juin – Maïté Chénière
    • Samedi 19 juin dès 17h – performance et installation
  • Mardi 22 juin à 19h30 et 20h30 – projection du film Espace Trépasse de Mbaye Diop
  • Mercredi 23 juin de 14h30 à 16h30 – Atelier de création pour les enfants dès 4 ans, en lien avec l’exposition « Des lunettes pour changer notre vision du monde » avec Cécile Nduhirahe
    • Apporte tes lunettes cassées et autres petits objets récupérés!
    • Avec un goûter!
  • Vendredi 25 juin dès 19h – « Imaginer, rêver, réaliser d’autres futurs im.possibles » atelier, ballade nyonnaise et discussions par le collectif Afroféministe Amani pour les membres du collectif et sur invitation seulement.
  • Samedi 26 juin de 17h à 21h – Finissage de l’exposition :
    • projection du film « Intégration d’une pensée afrofuturiste » de Stéphanie Nduhirahe
    • performance à 18h
    • autres surprises au menu
  • Dimanche 27 juin de 14h à 15h30 – atelier antiraciste pour les enfants de 4 à 10 ans avec le collectif Afroféministe Amani
    • suivi d’un goûter!

« L’impossible m’attire, car toutes les choses possibles ont été faites et le monde n’a pas changé. »

Sun Ra

Après l’annulation et le report de l’exposition Noicir eeeeh!: une oasis par et pour les afrodescendat.x.e.s en 2020, le projet a été repensé par Cécile Nduhirahe en collaboration avec Stéphanie Nduhirahe. Elles proposent en 2021 une exposition plus proche des questionnements et des expériences qui les ont habités et qu’elles ont traversés pendant cette dernière année. Ce mois de juin, elles reviennent alors avec une exposition centrée sur l’art performatif: Noicir eeeeh!: visions afrofuturistes à Nyon.  Avec ce projet l’artiste curatrice Cécile Nduhirahe affirme la nécessité de présenter les travaux d’artistes afrodescendant.e.x.s de l’arc lémanique, mais aussi d’amener le public à rencontrer des visions et des questionnements autour de la notion d’Afrofuturismes. Ces visions tournées vers le futur, interrogeant le passé ou proposant d’autres formes de temporalités, entreraient en résonance avec les préoccupations sociales actuelles et la situation de crise que nous traversons. Dans cette optique, la performance est considérée comme un médium idéal pour aller à la rencontre du public permettant également d’interroger et de jouer avec les notions de temporalités et de traces. L’exposition accueillera donc dans un premier temps, Chienne de Garde, Maïté Chénière et Mbaye Diop. Ces trois artistes explorent le domaine de la performance selon des perspectives Afrofuturistes ou ont des questionnements qui s’en rapprochent. L’Afrofuturisme étant envisagé comme un concept décolonial mouvant visant à actionner la capacité des afrodescendant.x.e.s à réinventer leur propre futur. Ce concept est abordé pour cette exposition à Nyon telle une question ouverte qui anime des visions sur le temps, les corps et l’espace. L’intention principale de ce projet est de mettre à disposition des artistes un espace idéal de création et de leur proposer à chacun.x.e une semaine de résidence sur place, qui se clôture par une présentation performative publique de leur recherche. Dans un deuxième temps, différents événements auront lieu dans l’espace tel qu’un atelier de création pour enfants lié au sujet de l’exposition ou encore la projection du film d’animation Espace Trépasse réalisé par Mbaye Diop. Enfin, le collectif Afroféministe Amani animera un atelier antiraciste pour les enfants. Parallèlement, la vidéaste Stéphanie Nduhirahe retracera le processus de recherche ainsi que le travail des trois performeur.x.se.s et les différentes interventions qui auront lieu dans le cadre de cet événement. Sa vidéo sera ensuite présentée lors du finissage de l’exposition et sera disponible en ligne.


Cécile Nduhirahe vit et travaille à Nyon. Diplômée en 2006 de la haute école d’art et de design de Genève (HEAD) en arts visuels, elle obtient en 2008 le Master « Art in Public Sphere » de l’école de design et haute école d’art du Valais (EDHEA). Son travail interroge les thèmes des identités et du déplacement qu’elle exprime en créant des objets hybrides mêlant différentes techniques : le dessin, la sculpture et la performance. De la production d’une œuvre découlent des formes et des images qui se retrouvent déplacées dans les créations suivantes. La pratique de Cécile Nduhirahe est multiple et se soustrait volontairement à toute tentative de catégorisation. Sculptures, dessins, vidéos, photographies et reproductions sont employés indifféremment et traités sur un pied d’égalité. Au croisement de ses préoccupations, son intérêt pour l’afroféminisme influence ses dernières créations. Ces dernières années, elle travaille principalement avec deux soeurs au sein du « Collectif and then… » autour de la question des héritages multiples. Cécile Nduhirahe a exposé dans différents espaces d’art en Suisse et également Dakar et à Berlin. En 2019 à Lausanne, elle intervient comme artiste et co-curatrice pour l’exposition “La fin de l’innocence” à l’espace Arlaud. Parallèlement, elle enseigne depuis 2011 les arts visuels pour les degrés secondaires 1 puis 2.

Stéphanie est une artiste nyonnaise travaillant d’une part comme artiste vidéaste/performeuse et parallèlement comme artiste de cirque. Elle se forme à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Genève (ESBA actuellement HEAD) et à l’École de cirque de Québec, puis obtient le certificat de dramaturgie circassienne, une formation organisée par le Centre des Arts du Cirque CNAC et L’École Supérieure des Arts du cirque ESAC.Stéphanie recherche à créer des pièces où la frontière entre le cirque et l’art performatif se confondent. Elle mélange installation, vidéo et performance.Son travail est présenté au sein de divers espaces réputés notamment au Pratt Manhattan Gallery à New York, au musée CAAM à Las Palmas, à Videonale 11 à Bonn. Stéphanie s’est produite internationalement avec différentes compagnies dans divers lieux tels que The Roundhouse (Londres), L’ Opéra National de Prague, Festival international del circo, Rio de Janeiro (Brésil). Elle travaille de plus comme dramaturge, oeil extérieur et chorégraphe acrobatique. Stéphanie est aussi la co-fondatrice de la Cie Pieds Perchés ainsi que membre active du Collectif and then….

Maïté Chénière (aka Mighty) adopte la recherche théorique, la musique, la performance ou encore la vidéo pour créer des expériences hybrides et s’intéresse aux productions culturelles de personnes queer racisées, mixant savoirs théoriques et populaires pour créer un discours émancipatoire. Iel est titulaire d’un Master en Arts visuels, CCC – Études critiques curatoriales cybermédias de la HEAD Genève et d’un Bachelor en Arts visuels de l’Académie Royale des Beaux Arts de Bruxelles. Son travail a été présenté dans divers lieux tels que : la Haus der Kulturen der Welt, Berlin ; la galerie 1.1 ,Bâle; le Festival Les Urbaines, Lausanne, le Théâtre de L’Usine; la Mains d’oeuvres, Paris ou encore les Ateliers Claus, Bruxelles. Mighty (House of ButchXtra) est unx DJ et producteurx baséx à Genève. À travers la musique, iel travaille les espaces temps dans une perspective afrofuturiste. Le dancefloor devient un lieu d’émancipation et de célébration pour des corps multiples et fluides . Mighty organise les événements pluridisciplinaires Archipelagogo Club à Genève qui mettent en avant la richesse et l’héritage politique de la culture club. Iel s’est produit à Paris, Berlin, Leipzig, Johannesburg et à travers la Suisse.

Mbaye Diop est un artiste visuel, performeur d’origine sénégalaise. Après ses études à l’école des arts de Dakar, il enseigne les arts plastiques au collège et au lycée tout en poursuivant sa pratique artistique.Son son travail est présenté au Sénégal dans une série d’expositions à Saint-Louis (galerie Waaw, Institut Français), à Dakar (centre culturel Blaise Senghor) puis en Europe plus précisément en Suisse (à Genève à la galerie Skopia, à l’espace eeeeh ! à Nyon et à la Becque à la Tour-de-Peilz). Le travail de Mbaye Diop repose essentiellement sur un rendu en noir et blanc issu des images de son quotidien sénégalais. Il réalise de grandes peintures murales et, comme moyen d’expression artistique, utilise la sérigraphie sur des supports variés (carton, bois, mur, etc.), mais aussi la vidéo et la performance.

Vanessa Sin est une performeuse pluridisciplinaire et productrice autodidacte basée à Lausanne. Sous différents acronymes elle explore différents médiums de création. Sous Chienne de Garde, elle s’essaie à la production musicale, l’écriture, au mouvement ainsi qu’à l’installation. S’aidant de ces multiples outils, elle crée des tableaux hybrides émotionnels et sincères. Une des membres fondatrices de B2B2 collective, elle est aussi la fière fille d’Ivy Monteiro (TropikahlPussy) et membre de la house of B.Poderosa.

Le collectif afroféministe Amani de Nyon s’inscrit dans la lutte contre le racisme et le sexisme que subissent les personnes noires, afrodescendant.x.e.s et se reconnaissant du genre féminin en Suisse. À l’aide d’une approche intersectionnelle, il souhaite lutter pour l’élimination des discriminations de race, genre, classe, sexualité ou de religion et proposer des outils pédagogiques aux futures générations leur permettant de valoriser l’Histoire Noire et Africaine.Le collectif se réunit régulièrement en mixité choisie et a proposé durant l’année 2019 des discussions autour de projections de films, de lectures ou de repas. Il a notamment été invité par la Quatrième Vague (club de lecture féministe lausannois) et Les Nouveaux Musées de Bienne pour des discussions autour de l’afroféminisme militant. En 2021, le collectif Afrofémisite Amani collabore avec la ville de Nyon (CISEN) pour la création et la mise en place d’un atelier antiraciste pour les enfants dans le cadre de la semaine contre le racisme.

Avec le soutien de Région de Nyon et Ville de Nyon.

 

Successive Teenagers Sort Down – une exposition de Fraich Club

Fraich Club à l’espace eeeeh! du vendredi 14 jusqu’au 29 mai.

Vernissage ce vendredi de 17h à 20h! (dans le respect des mesures sanitaires)

Ouverture les vendredis de 16h à 19h et les samedis de 11h à 15h – le 15, 21, 22, 28 et 29 mai 2021 en présence des artistes – ou sur rendez-vous.

Successive Teenager Sort Down, une exposition de Fraich Club, est une invitation lancée au public à renouer avec les rêves inexaucés de l’adolescence. L’exposition est composée de sculptures pensées comme des appareils de divination poétique pour revisiter les mythes fondateurs individuels. En collaboration avec l’artiste zurichois Arttu Palmio, l’exposition donnera lieu à des expérimentations de dialogues à partir des souvenirs des visiteur·x·euse·s et des sculptures comme un soin envers les déceptions que l’on porte collectivement.

vue d’installation, Successive Teenagers Sort Down, 2021. crédit photo: Farah Mirzayeva
vue d’installation, Successive Teenagers Sort Down, 2021. crédit photo: Farah Mirzayeva
vue d’installation, Successive Teenagers Sort Down, 2021. crédit photo: Farah Mirzayeva
vue d’installation, Successive Teenagers Sort Down, 2021. crédit photo: Farah Mirzayeva
Oracle Sorting Down, performance en collaboration avec Arttu Palmio. crédit photo: Aurélie Dubois
Oracle Sorting Down, performance en collaboration avec Arttu Palmio. crédit photo: Aurélie Dubois
Oracle Sorting Down, performance en collaboration avec Arttu Palmio. crédit photo: Aurélie Dubois

Fraich Club est une artiste suisse basée à Genève. Fraich Club recoupe les sensibilités personnelles, formelles et conceptuelles de son entourage, produisant des contenus originaux et hybrides à travers de nouvelles dramaturgies. Sa recherche explore les données liminaires et les scénarios multicouches latents aux infrastructures sociales, au processus d’historicisation et à la micropolitique. La dynamique des images et des gestes qui l’intéresse est un moyen de réfléchir sur les structures psychologiques et politiques de la réalité ainsi que sur les autorités institutionnelles et les conditions de production artistique. Fraich Club a participé à l’exposition LXXX (2020) de Supermala à Lisbonne et réalise présentement le projet NOEXIT (2021) à Zabriskie et l’espace 3353 à Genève.

Arttu Palmio a étudié la danse et la chorégraphie contemporaine à Helsinki, Amsterdam, Vienne et New York avant de graduer du Work.Master de la HEAD – Genève en 2018. Le travail d’Arttu Palmio navigue entre les pratiques visuelles et chorégraphiques – travaillant à la fois comme performeur et auteur – sur et derrière la scène – en utilisant l’image, le texte, le mouvement et le son. Il s’intéresse aux grandes et petites danses, aux luttes queer, à l’intimité, au désir, à la technologie, à l’espoir, aux rêves, à l’expressionisme écologique et l’astrologie. Il travaille actuellement avec Joona Halonen (FIN) et Karin Payer & Aldo Giannotti (AT/IT) et développe une nouvelle pièce sur le « whiteness », l’abstraction et la danse moderne. Depuis 2014, il collabore et tourne à l’international avec le collectif LIQUID LOFT de Vienne (Chor. Chris Haring).

Avec le soutien de la République et canton de Genève, du Fonds cantonal d’art contemporain, DCS, Genève et de la fondation Oertli.

Atlas des éphémères – Fhunye Gao et Cyril Yeterian

Résidence de création du 1er au 9 mai 2021

L’espace eeeeh! accueille les artistes Fhunyue Gao et Cyril Yeterian pour une résidence de recherche autour de leur nouveau projet musical « l’Atlas des Éphémères ». Celui-ci réunira différents instruments, dont la thérémine et le mélodéon. Ce temps de recherche sera ponctué par une après-midi d’écoute publique et de rencontres avec les artistes dès 16h le dimanche 9 mai.
 Fhunyue Gao et Cyril Yeterian se retrouvent à eeeeh! pour la première phase de création du projet Atlas des éphémères. L’Atlas des éphémères est pensé comme un hommage, un mémorial ironique et affectueux en l’honneur d’entités menacées de disparaitre ou déjà éteintes. Ou plus hypothétiquement à celles qui pourraient encore voir le jour. Flore, faune, valeurs et idéaux, sentiments, événements historiques, recettes, objets, idées, désirs… qui ne peuvent par eux-mêmes témoigner de leur envie de vivre ou figurer dans notre mémoire collective (excepté si le hasard se met de leur côté). Les imaginer et en créer des artefacts pour s’en rappeler. Pendant le temps de résidence à eeeeh! un espace musical sera installé pour les accueillir, comme un refuge, comme des îles désertes. De là, des messages mis en bouteilles et envoyés sous forme d’événements mélodiques et/ou visuels. Et puis… lancer des bouteilles à la mer avec pour seul but de nourrir les rêves fous d’un possible contact avec un monde extérieur? Et que se passerait-il si quelqu’un dans la même situation répondait? Une table des matières des visions, des peurs, des images et des deuils que ces entités en danger suscitent en nous. L’Atlas des éphémères peut être imaginé comme une carte musicale. Un Atlas, de l’insaisissable, des choses perdues, d’espoirs à naître. 

Atlas des éphémères – Mercredi 5 mai, atelier pour tous•x•tes, de tout âge, entre 15h-18h Atelier-invitation à écrire-enregistrer un message destiné à l’inconnu.e d’un futur incertain. Un mot, une phrase, en lien avec notre rapport au monde, aux choses disparues ou en voie de disparition ou qui n’ont pas encore vu le jour. Ces messages-requiems seront cartographiés en mélodies improvisées dans l’Atlas des Éphémères.  Nous accueillerons volontiers les messages à distance par canaux digitaux: fhungao@yahoo.it



Atlas des éphémères  – dimanche 9 mai dès 16h 

Ouverture des portes pour fêter la sortie de résidence: Bienvenue dès 16h et dès 17h il y aura de la musique improvisée et des message in the bottle en cassette audio. Moment musical.

Cyril Yeterian & Fhunyue Gao

Les deux acteur.ice culturel.les se rencontrent en 2014 autour du projet Bongo Joe dont Cyril est fondateur. Ces derniers oeuvrent depuis des années dans les milieu de la scène, de la musique et de l’art vivant. Fhunyue metteuse en scène / performatrice pluridisciplinaire (entre autres: RobinRobin, Unplush, Thom Luz, Annalena Fröhlich, Scottish Dance Theatre). Cyril multi-instrumentiste, fondateur et membre des groupes Cyril Cyril, Frères Souchet, Mama Rosin et fondateur des label Moi J’Connais Records et Les Disques Bongo Joe. Atlas des éphémères est leurs première collaboration artistique.
insta: fhungao / cyrilcyrilband websites de nos autres travails : bongojoe.ch / fhunyuegao.com / robinrobin.ch / https://lesdisquesbongojoe.bandcamp.com / https://www.facebook.com/cyrilcyrilband